Pelouses naturelles, tondeuses et nuisances sonores

Pelouses naturelles, tondeuses et nuisances sonores

Tondeuse à gazon : la bête noire des voisins

Tondre sa pelouse devient de plus en plus compliqué ! Un nombre croissant de communes partent en guerre contre les nuisances sonores. Et, la tondeuse à gazon, déjà peu appréciée du voisinage, se retrouve immanquablement dans le viseur. Le gazon synthétique ne nécessite qu’un entretien réduit et beaucoup moins bruyant, en ressort grandi.

Les amoureux de gazon naturel sont décidément malmenés. Tondre sa pelouse sans faire l’objet de poursuites judiciaires est de plus en plus rare. Nos chers voisins, volontiers procéduriers, n’hésitent pas à porter plainte dès qu’un jardinier ou qu’un bricoleur du dimanche enfreint les règles.

Le bruit et la loi

Difficile pour un actif d’entretenir son jardin ou de bricoler en dehors des week-ends.

Voici les créneaux autorisés par la loi :

  • les samedis de 9h00 à 12h00 et de 15h00 à 19h00
  • les dimanches, entre 10 heures et midi.

Ces dispositions légales figurent depuis 1992 dans les Codes de l’environnement et de la santé publique. Elles précisent, selon l’article R 1334-31, qu’ « aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé ».

Tout cela est évidemment nécessaire, sachant que le bruit est désormais reconnu comme un danger pour la santé. Selon l’institut national de recherche et de sécurité (INRS), l’ouïe est en danger à partir de 80 dB(A). Plus le niveau de bruit est élevé moins l’exposition à ce bruit doit être longue. Si le niveau sonore est supérieur à 135 dB, dans le cas d’une tronçonneuse ou d’un marteau-piqueur, toute exposition, même de très courte durée, est dangereuse. Toujours selon l’INRS, « le bruit accusé d’entraîner des troubles du sommeil, des troubles cardiovasculaires, du stress ou la baisse de ses performances cognitives ». C’est pourquoi l’INRS sensibilise les professionnels sur les risques qu’ils encourent à utiliser des appareils bruyants sur de longues durées et sans aucune protection.

Maudite tondeuse

Revenons à nos tondeuses ! Celles-ci sont accusées d’être trop bruyantes. Elles produisent en effet, selon les modèles, entre 85 et 95 décibels. Pour la situer, elles dépassent presque toujours les 87 dB, considérés comme la limite à ne pas dépasser pour rester en bonne santé. Évidemment, on parle ici, en premier lieu, de la santé de l’utilisateur. Un jardinier professionnel, qui tond à la belle saison huit heures par jour, est le premier exposé aux risques cités précédemment. Il n’en est rien du voisinage qui se situe toujours à une distance suffisante pour ne pas être directement impacté. Toujours est-il que le bruit est le nouvel ennemi public. C’est le cas dans de grands départements. Le Val-de-Marne (94) est, par exemple, un fer de lance en la matière. Maires et préfets de tout l’Hexagone peuvent alourdir, s’ils le souhaitent, la législation déjà en vigueur. Certaines communes vont même jusqu’à interdire purement et simplement toutes les nuisances sonores le dimanche.

Un dimanche à la campagne

Soucieuse de soustraire ses administrés aux nuisances sonores, une petite commune de Haute-Garonne (31) interdit depuis 2015 l’emploi d’outils bruyants les dimanches et jours fériés. Selon la Dépêche du Midi, cette interdiction vient d’être reconduite, après consultation de la population. « Soixante pour-cent des votants se sont prononcés en faveur du maintien de cette interdiction », explique la municipalité de Vigoulet-Auzil, commune de 900 habitants près de Toulouse, dans un article en date du 13 janvier 2021.

Le synthétique adoucit les mœurs

Dans ce cas précis, le droit à la tranquillité surpasse celui de bricoler ou de tondre sa pelouse. Ces mesures font clairement pencher la balance du côté du gazon synthétique. Ce dernier, en plus d’être économique et écologique, adoucit les mœurs. Son entretien ne génère aucun bruit nuisible au voisinage. Ceux qui l’adoptent font donc un geste pour leur portefeuille, pour la planète, mais aussi pour leurs voisins ! Alors, profitez d’un gazon vert en toute saison et sans effort : optez pour le gazon synthétique !